Cérémonie des funérailles

Partager sur: Partager sur Twitter Partager sur Facebook Partager sur Google+

Organiser des funérailles à Saint Seurin ou à Saint Bruno à Bordeaux

 

La porte s'ouvre sur une vie nouvelle

 

Se rassembler à l’église pour des funérailles chrétiennes, c’est faire mémoire du Christ, mort et ressuscité qui a promis une vie sans fin à ceux  qui ont foi en cette espérance

Une équipe d’accompagnement des familles en deuil

Elle participe, au coté des prêtres de la paroisse à la pastorale des funérailles.

Sa mission est :

d’accorder un temps de rencontre aux familles ou proches du défunt,

de préparer avec elles la célébration des funérailles,

de participer à la célébration, présidée (chaque fois que possible) par un prêtre.

Déroulement de la célébration

L’entrée en célébration.

Le défunt et les participants sont accueillis par le célébrant et par les membres de l’équipe des funérailles.
Des témoignages peuvent être dits.
Des gestes peuvent être accomplis sur le cercueil ( rite de la lumière, rite de la croix, dépose de fleurs…)

L’écoute de la Parole : Dieu nous parle.

Nous faisons lecture de textes choisis avec la famille (une lecture, un psaume, un évangile).
Nous écoutons l’homélie du prêtre (ou le commentaire du célébrant) suivie d’un temps de méditation.

Nous parlons à Dieu.

Nous lui confions  les intentions de prières pour le défunt, pour son entourage et pour l’Eglise.
Cette « prière universelle » est préparée avec les proches du défunt.
Nous récitons la prière que Jésus lui-même nous a apprise, « le Notre Père ».

Dire "A Dieu"

Dernier Adieu .

Le défunt est confié à Dieu.
Par différents gestes, celui de l’Aspersion et de l’Encensement, l’Eglise honore le corps du défunt et implore la miséricorde de Dieu.

Enfin, c’est vers Marie, notre Mère du Ciel que nous nous tournons avant le départ vers le cimetière.

Textes , chants et prières

Nous proposons quelques textes de la Bible (d’autres choix, dans la Bible, sont possibles ).

(Les textes complets sont à la fin de cette page)

Lectures, issues de l’Ancien Testament ou des Actes des Apôtres.

L2 : Isaïe  26, 6A. 7-9 
L3 : Livre de la Sagesse  2, 23 ; 3,1 - 6,9  
L4 : Livre des Lamentations  3,17- 26  
L7 : St Paul aux Romains  6,3 - 9 
L15 : St Paul aux Thessaloniciens  4,13-14,17 D- 18 
L17 : St Pierre  1,3 - 8  
L18 : St Jean  3,14.16 -20  
L19 : St Jean  4,7 - 10   

Psaumes

Textes poétiques composés par le peuple Hébreu au cours de son histoire.
22  -  33  et  129

Evangiles

Bonne Nouvelle de Jésus Christ ( Nouveau Testament).
E2 : St Mathieu  11, 25 - 28  
E4 : St Mathieu  25, 31- 46 
E7 : St Luc  12, 35 - 40  
E8 : St Luc  23,33 - 34.39 - 46.50.52 - 53 
E12 : St Jean  6,37 - 40  
E14 : St Jean 10,14 - 16  
E17 : St Jean 12, 24- 28  
E18 : St Jean 14, 1- 6  

Chants

Sur le seuil de sa maison.
Celui qui aime a déjà franchi la mort

Prières

Notre Père.
Je vous salue Marie.

Il y aura une quête durant la célébration.
Par votre offrande vous participerez au fonctionnement de la paroisse et à ses missions.

 

 

L 2 – Lecture du Livre d’Isaïe (Is 25, 6a. 7-9)

Le jour viendra où le Seigneur, Dieu de l’univers, préparera pour tous les peuples un festin sur sa montagne. Il enlèvera le voile de deuil qui enveloppait tous les peuples et le linceul qui couvrait toutes les nations. Il détruira la mort pour toujours. Le Seigneur essuiera les larmes de tous les visages et, par toute la terre, il effacera l’humiliation de son peuple ; c’est lui qui l’a promis. Et ce jour-là, on dira : « Voici notre Dieu, en lui nous espérions et il nous a sauvés ; c’est lui le Seigneur, en lui nous espérions ; exultons, réjouissons-nous : il nous a sauvés ! »

L 3 – Lecture du Livre de la Sagesse (Sg 2, 23 ; 3, 1-6.9)

Dieu a créé l’homme pour une existence impérissable, il a fait de lui une image de ce qu’il est en lui-même. La vie des justes est dans la main de Dieu, aucun tourment n’a de prise sur eux. Celui qui ne réfléchit pas, s’est imaginé qu’ils étaient morts ; leur départ de ce monde a passé pour un malheur ; quand ils nous ont quittés, on les croyait anéantis, alors qu’ils sont dans la paix. Aux yeux des hommes, ils subissaient un châtiment mais, par leur espérance, ils avaient déjà l’immortalité. Ce qu’ils ont eu à souffrir était peu de chose auprès du bonheur dont ils seront comblés, car Dieu les a mis à l’épreuve et les a reconnus dignes de lui. Comme on passe l’or au feu du creuset, il a éprouvé leur valeur ; comme un sacrifice offert sans réserve, il les a accueillis. Ceux qui mettent leur confiance dans le Seigneur comprendront la vérité ; ceux qui sont fidèles resteront avec lui dans son amour car il accorde à ses élus grâce et miséricorde.

L 4 – Lecture du Livre des Lamentations (Lm 3, 16-26)

J’ai oublié le bonheur, la paix a déserté mon âme ! Et j’ai dit : « Toute mon assurance a disparu avec l’espoir qui me venait du Seigneur ». Revenir sur la misère ou je m’égare, c’est de l’amertume et du poison ! Sans trêve, mon âme y revient et je la sens défaillir. Mais voici que je rappelle en mon cœur ce qui fait mon espérance : les bontés du Seigneur ne sont pas épuisées, ses miséricordes ne sont pas finies ; elles se renouvellent chaque matin car sa fidélité est inlassable. Je me dis : « Le Seigneur est mon partage, c’est pourquoi j’espère en lui ». Le Seigneur est bon pour qui se tourne vers lui, pour celui qui le recherche. C’est une bonne chose d’attendre en silence le secours du Seigneur.

L 7 – Lecture de la Lettre de Saint Paul Apôtre aux Romains (Rm 6, 3-9)

Frères, nous tous qui avons été baptisés en Jésus Christ, c’est dans sa mort que nous avons été baptisés. Si, par le baptême dans sa mort, nous avons été mis au tombeau avec lui, c’est pour que nous menions une vie nouvelle, nous aussi de même que le Christ, par la toute-puissance du Père, est ressuscité d’entre les morts.
Car, si nous sommes déjà en communion avec lui par une mort qui ressemble à la sienne, nous le serons encore par une résurrection qui ressemblera à la sienne. Nous le savons : l’homme ancien qui est en nous a été fixé à la croix avec lui pour que cet être de péché soit réduit à l’impuissance, et qu’ainsi nous ne soyons plus esclaves du péché. Car celui qui est mort est affranchi du péché.
Et si nous sommes passés par la mort avec le Christ, nous croyons que nous vivrons aussi avec lui. Nous le savons en effet : ressuscités d’entre les morts, le Christ ne meurt plus, sur lui la mort n’a plus aucun pouvoir.

L 15 – Lecture de la Première Lettre de Saint Paul Apôtre aux Thessaloniciens
(1 Th 4, 13-14.17d-18)

Frères, nous ne voulons pas vous laisser dans l’ignorance au sujet de ceux qui se sont endormis dans la mort ; il ne faut pas que vous soyez abattus comme les autres qui n’ont pas d’espérance. Jésus, nous le croyons, est mort et ressuscité ; de même, nous le croyons, ceux qui se sont endormis, Dieu, à cause de Jésus, les emmènera avec son Fils. Ainsi, nous serons pour toujours avec le Seigneur. Retenez ce que je viens de dire et réconfortez-vous les uns les autres.

 

L 18 – Lecture de la Première Lettre de Saint Jean (1 Jn 3, 14.16-20)

Mes bien-aimés, parce que nous aimons nos frères, nous savons que nous sommes passés de la mort à la vie. Celui qui n’aime pas reste dans la mort. Voici à quoi nous avons reconnu l’amour : lui, Jésus, a donné sa vie pour nous. Nous aussi, nous devons donner notre vie pour nos frères. Celui qui a de quoi vivre en ce monde, s’il voit son frère dans le besoin sans se laisser attendrir, comment l’amour de Dieu pourrait-il demeurer en lui ? Mes enfants, nous devons aimer : non pas avec des paroles et des discours, mais par des actes et en vérité. En agissant ainsi, nous reconnaîtrons que nous appartenons à la vérité, et devant Dieu nous aurons le cœur en paix ; notre cœur aurait beau nous accuser, Dieu est plus grand que notre cœur et il connaît toutes choses.

L 19 – Lecture de la Première Lettre de Saint Jean (1 Jn 4,7-10)

Mes bien-aimés, aimons-nous les uns les autres, puisque l’amour vient de Dieu. Tous ceux qui aiment sont enfants de Dieu et ils connaissent Dieu. Celui qui n’aime pas, ne connaît pas Dieu car Dieu est amour. Voici comment Dieu a manifesté son amour parmi nous : Dieu a envoyé son Fils unique dans le monde pour que nous vivions par lui. Voici à quoi se reconnaît l’amour : ce n’est pas nous qui avons aimé Dieu, c’est lui qui nous a aimés, et il a envoyé son Fils qui est la victime offerte pour nos péchés.

Psaume 22

R/.Le Seigneur est mon berger,
rien ne saurait me manquer.

ou Tu nous guidera aux sentier de vie,
Tu nous ouvriras ta maison, Seigneur.

1.
Le Seigneur est mon berger :
je ne manque de rien.
Sur des prés d´herbe fraîche,
il me fait reposer.

2.
Il me mène vers les eaux tranquilles
et me fait revivre;
il me conduit par le juste chemin
pour l´honneur de son nom.

3.
Si je traverse les ravins de la mort,
je ne crains aucun mal,
car tu es avec moi,
ton bâton me guide et me rassure.

4.
Tu prépares la table pour moi
devant mes ennemis;
tu répands le parfum sur ma tête,
ma coupe est débordante.

5.
Grâce et bonheur m´accompagnent
tous les jours de ma vie;
j´habiterai la maison du Seigneur
pour la durée de mes jours.

 

PSAUME 23

01 Au Seigneur, le monde et sa richesse, la terre et tous ses habitants !

02 C'est lui qui l'a fondée sur les mers et la garde inébranlable sur les flots.

03 Qui peut gravir la montagne du Seigneur et se tenir dans le lieu saint ?

04 L'homme au coeur pur, aux mains innocentes, qui ne livre pas son âme aux idoles (et ne dit pas de faux serments).

05 Il obtient, du Seigneur, la bénédiction, et de Dieu son Sauveur, la justice.

06 Voici le peuple de ceux qui le cherchent ! Voici Jacob qui recherche ta face !

07 Portes, levez vos frontons, + élevez-vous, portes éternelles : qu'il entre, le roi de gloire !

08 Qui est ce roi de gloire ? + C'est le Seigneur, le fort, le vaillant, le Seigneur, le vaillant des combats.

09 Portes, levez vos frontons, + levez-les, portes éternelles : qu'il entre, le roi de gloire !

10 Qui donc est ce roi de gloire ? + C'est le Seigneur, Dieu de l'univers ; c'est lui, le roi de gloire.

PSAUME 129

01 Des profondeurs je crie vers toi, Seigneur,

02 Seigneur, écoute mon appel ! * Que ton oreille se fasse attentive au cri de ma prière !

03 Si tu retiens les fautes, Seigneur Seigneur, qui subsistera ? *

04 Mais près de toi se trouve le pardon pour que l'homme te craigne.

05 J'espère le Seigneur de toute mon âme ; * je l'espère, et j'attends sa parole.

06 Mon âme attend le Seigneur plus qu'un veilleur ne guette l'aurore. * Plus qu'un veilleur ne guette l'aurore,

07 attends le Seigneur, Israël. Oui, près du Seigneur, est l'amour ; près de lui, abonde le rachat. *

08 C'est lui qui rachètera Israël de toutes ses fautes.

E2 Évangile de Jésus Christ selon Saint Matthieu

(Mt 11,25-28)

En ce temps-là, Jésus prit la parole :

" Père, Seigneur du ciel et de la terre,
je proclame ta louange :
ce que tu as caché aux sages et aux savants,
tu l'as révélé aux tout petits.
Oui, Père. tu l'as voulu ainsi dans ta bonté.
Tout m'a été confié par mon Père ;
personne ne connaît le Fils, sinon le Père,
et personne ne connaît le Père, sinon Je Fils,
et celui à qui le Fils veut le révéler.

Venez à moi,
vous tous qui peinez sous le poids du fardeau,
et moi. je vous procurerai le repos. "

 

E4 – Évangile de Jésus Christ selon Saint Matthieu (25, 31-46)

Jésus parlait à ses disciples de sa venue : « Quand le Fils de l’homme viendra dans sa gloire, et tous les anges avec lui, alors il siégera sur son trône de gloire. Toutes les nations seront rassemblées devant lui ; il séparera les hommes les uns des autres comme le berger sépare les brebis des chèvres : il placera les brebis à sa droite et les chèvres à sa gauche.
Alors le Roi dira à ceux qui seront à sa droite : « Venez, les bénis de mon Père, recevez en héritage le Royaume préparé pour vous depuis la création du monde. Car j’avais faim et vous m’avez donné à manger ; j’avais soif et vous m’avez donné à boire ; j’étais un étranger et vous m’avez accueilli ; j’étais nu et vous m’avez habillé ; j’étais malade et vous m’avez visité ; j’étais en prison et vous êtes venus jusqu’à moi ! ». Alors les justes lui répondront : « Seigneur, quand est-ce que nous t’avons vu … ? tu avais donc faim et nous t’avons nourri ? tu avais soif et nous t’avons donné à boire ? tu étais un étranger et nous t’avons accueilli ? tu étais nu et nous t’avons habillé ? tu étais malade ou en prison … quand sommes-nous venus jusqu’à toi ? » Et le Roi leur répondra : « Amen, je vous le dis : chaque fois que vous l’avez fait à l’un de ces petits qui sont mes frères, c’est à moi que vous l’avez fait ».
Alors il dira à ceux qui seront à sa gauche : “Allez-vous-en loin de moi, maudits, dans le feu éternel préparé pour le démon et ses anges. Car j’avais faim, et vous ne m’avez pas donné à manger ; j’avais soif, et vous ne m’avez pas donné à boire ; j’étais un étranger, et vous ne m’avez pas accueilli ; j’étais nu, et vous ne m’avez pas habillé ; j’étais malade et en prison, et vous ne m’avez pas visité.” Alors ils répondront, eux aussi : “Seigneur, quand est-ce que nous t’avons-nous vu avoir faim et soif, être nu, étranger, malade ou en prison, sans nous mettre à ton service ?” Il leur répondra : “Amen, je vous le dis : chaque fois que vous ne l’avez pas fait à l’un de ces petits, à moi non plus vous ne l’avez pas fait.” Et ils s’en iront, ceux-ci au châtiment éternel, et les justes, à la vie éternelle. »

 

 

E7 Evangile de Luc, 12, 35-40

(Jésus disait à ses disciples:)
«Restez en tenue de service, et gardez vos lampes allumées. Soyez comme des gens qui attendent leur maître à son retour des noces pour lui ouvrir dès qu’il arrivera et frappera à la porte. Heureux les serviteurs que le maître, à son arrivée, trouvera en train de veiller. Amen, je vous le dis: il prendra la tenue de service, les fera passer à table et les servira chacun à son tour. S’il revient vers minuit ou plus tard encore et qu’il les trouve ainsi, heureux sont-ils!
«Vous le savez bien: si le maître de maison connaissait l’heure où le voleur doit venir, il ne laisserait pas percer le mur de sa maison. Vous aussi, tenez-vous prêts: c’est à l’heure où vous n’y penserez pas que le Fils de l’homme viendra.»

E 8 – Évangile de Jésus Christ selon Saint Luc (23, 33-34.39-46.50-53)

Lorsqu’on fut arrivé au calvaire, on mit Jésus en croix avec les deux malfaiteurs, l’un à droite et l’autre à gauche. Jésus disait : « Père, pardonne-leur : ils ne savent pas ce qu’ils font ». Les soldats partagèrent ses vêtements et les tirèrent au sort. L’un des malfaiteurs suspendus à la croix l’injuriait : « N’es-tu pas le Messie ? Sauve-toi toi-même, et nous avec ! » Mais l’autre lui fit de vifs reproches : « Tu n’as donc aucune crainte de Dieu ! Tu es pourtant un condamné, toi aussi ! Et puis, pour nous, c’est juste : après ce que nous avons fait, nous avons ce que nous méritons. Mais lui, il n’a rien fait de mal ». Et il disait : « Jésus, souviens-toi de moi quand tu viendras inaugurer ton Règne ». Jésus lui répondit : « Amen, je te le déclare : aujourd’hui, avec moi, tu seras dans le Paradis ».
Il était déjà presque midi ; l’obscurité se fit dans tout le pays jusqu’à trois heures car le soleil s’était caché. Le rideau du Temple se déchira par le milieu. Alors, Jésus poussa un grand cri : « Père, entre tes mains je remets mon esprit ». Et après avoir dit cela, il expira.
Alors arriva un membre du conseil, nommé Joseph ; c’était un homme bon et juste. Il alla trouver Pilate et demanda le corps de Jésus. Puis il le descendit de la croix, l’enveloppa dans un linceul et le mit dans un sépulcre taillé dans le roc, où personne encore n’avait été déposé.

 

E12 – Évangile de Jésus Christ selon St Jean (6, 37-40)

Jésus disait à la foule : « Tous ceux que le Père me donne, viendront à moi ; et celui qui vient à moi, je ne vais pas le jeter dehors. Car je ne suis pas descendu du ciel pour faire ma volonté mais pour faire la volonté de celui qui m’a envoyé. Or, la volonté du Père qui m’a envoyé, c’est que je ne perde aucun de ceux qu’il m’a donnés mais que je les ressuscite tous au dernier jour. Car la volonté de mon Père, c’est que tout homme qui voit le Fils et croit en lui, obtienne la vie éternelle ; et moi, je le ressusciterai au dernier jour ».

E14 Evangile de Jean (10,14-16)

Moi, je suis le bon pasteur ; je connais mes brebis, et mes brebis me connaissent,

comme le Père me connaît, et que je connais le Père ; et je donne ma vie pour mes brebis.

J’ai encore d’autres brebis, qui ne sont pas de cet enclos : celles-là aussi, il faut que je les conduise. Elles écouteront ma voix : il y aura un seul troupeau et un seul pasteur.

 

E17 - Évangile de Jésus Christ selon Saint Jean (12, 24-28)

Quelques jours avant la Pâque, Jésus disait à ses disciples : « Amen, amen, je vous le dis : si le grain de blé tombé en terre ne meurt pas, il reste seul ; mais s’il meurt, il donne beaucoup de fruit. Celui qui aime sa vie la perd ; celui qui s’en détache en ce monde la garde pour la vie éternelle. Si quelqu’un veut me servir, qu’il me suive ; et là où je suis, là aussi sera mon serviteur. Si quelqu’un me sert, mon Père l’honorera. Maintenant je suis bouleversé. Que puis-je dire ? Dirai-je : Père, délivre-moi de cette heure ? - Mais non ! C’est pour cela que je suis parvenu à cette heure-ci ! Père, glorifie ton Nom ! » Alors, du ciel vint une voix qui disait : « Je l’ai glorifié et je le glorifierai encore ».

E18 - Évangile de Jésus Christ selon Saint Jean (14, 1-6)

A l’heure où Jésus passait de ce monde à son Père, il disait à ses disciples : « Ne soyez donc pas bouleversés : vous croyez en Dieu, croyez aussi en moi. Dans la maison de mon Père, beaucoup peuvent trouver leur demeure ; sinon, est-ce que je vous aurais dit : « Je pars vous préparer une place ? ». Quand je serai allé vous la préparer, je reviendrai vous prendre avec moi ; et là où je suis, vous y serez aussi. Pour aller où je m’en vais, vous savez le chemin ». Thomas lui dit : « Seigneur, nous ne savons même pas où tu vas ; comment pourrions-nous savoir le chemin ? ». Jésus lui répond : « Moi, je suis le Chemin, la Vérité et la Vie ; personne ne va vers le Père sans passer par moi ».

 

 

 

Partager sur: Partager sur Twitter Partager sur Facebook Partager sur Google+