Secteur Saint-Seurin

Basilique Saint-Seurin - Église Saint-Ferdinand - Église Saint-Bruno
Chemin de Croix, vendredi de la 5e semaine de carême

Chemin de Croix, vendredi de la 5e semaine de carême

3 avril 2020

Seigneur Jésus,
remplis nos cœurs de ton Esprit,
afin que nous connaissions le prix de notre rédemption
et devenions dignes de participer aux fruits de ta passion,
de ta mort et de ta résurrection.

 

 

I    Jésus est condamné à mort

Nous t’adorons, ô Christ, et nous te bénissons

car tu as racheté le monde par ta Sainte Croix.

Pilate est convaincu de l’innocence de l’accusé. Mais il se dérobe à la voix de sa conscience. Devant la menace, il cède définitivement et il émet la sentence de mort. Personne n’est là pour prendre la défense de Jésus, lui qui est passé en faisant le bien.

Ô Christ, accorde-nous la grâce de défendre la vérité.

 

II     Jésus est chargé de sa croix

Nous t’adorons, ô Christ, et nous te bénissons

car tu as racheté le monde par ta Sainte Croix.

La croix est l’instrument d’une mort infâmante réservée aux plus misérables. Jésus supporte l’abaissement le plus extrême, Lui, le Fils de Dieu. Comment révéler plus fortement l’amour infini de Dieu pour chacun de nous ?

Ô Christ, donne-nous du courage pour accepter les croix de notre vie.

 

III      Jésus tombe pour la première fois

Nous t’adorons, ô Christ, et nous te bénissons

car tu as racheté le monde par ta Sainte Croix.

Jésus tombe d’épuisement sous le poids de la croix. La vraie cause de sa chute, ce sont nos péchés. Jésus tombe et se relève, sans prononcer un mot, comme pour exhorter silencieusement ceux qui tombent à se relever.

Ô Christ, donne-nous la force de résister aux tentations pour ne pas alourdir ta croix.

 

IV      Jésus rencontre sa mère

Nous t’adorons, ô Christ, et nous te bénissons

car tu as racheté le monde par ta Sainte Croix.

Marie a le cœur déchiré quand sur le chemin elle voit son Fils chargé de la croix. Elle se souvient qu’elle avait répondu à l’ange Gabriel : “Je suis la servante du Seigneur”. Maintenant cette parole se réalise par la croix. Elle est bien la Mère des douleurs, celle qui est la Mère du Rédempteur du monde.

Ô Marie, sois présente aux mères éprouvées.

 

V        Simon de Cyrène aide Jésus a porter sa croix

Nous t’adorons, ô Christ, et nous te bénissons

car tu as racheté le monde par ta Sainte Croix.

C’est peut-être à contre-cœur que Simon prend la croix pour aider Jésus. Et pourtant c’est un don qu’il reçoit. Le Fils de Dieu le fait participer à son œuvre de salut. Simon se rend disponible pour aider le Christ à porter son fardeau.

Ô Christ, donne-nous la grâce de Te voir dans nos frères souffrants et d’être disponibles pour les aider.

 

VI      Véronique essuie le visage de Jésus

Nous t’adorons, ô Christ, et nous te bénissons

car tu as racheté le monde par ta Sainte Croix.

Selon la tradition, une femme écarte les soldats qui escortent les condamnés pour essuyer la sueur et le sang du visage de Jésus. Comme pour honorer ce geste de compassion, Jésus donne à Véronique une image de son visage qui reste imprimée sur le voile.

Ô Christ, donne-nous le courage de Véronique.

 

VII      Jésus tombe une deuxième fois

Nous t’adorons, ô Christ, et nous te bénissons

car tu as racheté le monde par ta Sainte Croix.

Voici que le Condamné gît de nouveau dans la poussière de la terre. Comme le dit le psaume 21 : “Et moi, je suis un ver, pas un homme, raillé par les gens, rejeté par le peuple”. Les forces de Jésus diminuent mais le chemin n’est pas terminé.

Ô Christ, pardon pour nos rechutes.

 

VIII    Jésus rencontre les femmes de Jérusalem

Nous t’adorons, ô Christ, et nous te bénissons

car tu as racheté le monde par ta Sainte Croix.

Des femmes pleurent et se lamentent en voyant passer le sinistre cortège. Mais Jésus les surprend : ne s’arrêtant pas à lui-même ni à ce qu’il endure, il trouve la force de les avertir qu’il est urgent de reconnaître le salut que Dieu leur offre.

Ô Christ, aide-nous à mettre nos actes en cohérence avec notre foi.

 

IX      Jésus tombe pour la troisième fois

Nous t’adorons, ô Christ, et nous te bénissons

car tu as racheté le monde par ta Sainte Croix.

Voici Jésus tombé à terre pour la troisième fois. Ce Condamné, qui succombe sous le poids de la croix tout près du lieu de son supplice, est celui-là même qui a dit : « Je suis le Chemin, la Vérité, la Vie ».

Ô Christ, aide-nous à suivre le même chemin qui, par la croix, conduit à la vie éternelle.

 

X        Jésus est dépouillé de ses vêtements

Nous t’adorons, ô Christ, et nous te bénissons

car tu as racheté le monde par ta Sainte Croix.

Né dans la pauvreté la plus complète, Jésus meurt dans la plus totale nudité. Il refuse le vin mêlé de fiel qu’on veut lui donner, pour que sa mort en croix  soit un sacrifice d’expiation. Il est Prêtre. Il veut garder sa conscience éveillée jusqu’à la fin.

Ô Christ, donne-nous la grâce de participer librement et consciemment à ton œuvre de salut.

 

XI      Jésus est cloué sur la croix

Nous t’adorons, ô Christ, et nous te bénissons

car tu as racheté le monde par ta Sainte Croix.

Les coups des bourreaux fixant les clous écrasent les pieds et les mains du Condamné. La terrible vision de Jésus en agonie attire des foules innombrables, de génération en génération, parce qu’elle montre la puissance d’un amour qui se donne jusqu’au bout.

Ô Christ, remplis nos cœurs de reconnaissance pour le don total de ta vie.

 

XII     Jésus meurt sur la croix

Nous t’adorons, ô Christ, et nous te bénissons

car tu as racheté le monde par ta Sainte Croix.

« Père, pardonne-leur : ils ne savent pas ce qu’ils font .»
« Aujourd’hui tu seras avec moi dans le paradis.»
« Voici ton fils… Voici ta mère.»
« J’ai soif.»
« Mon Dieu, mon Dieu, pourquoi m’as-tu abandonné ? »
« Père, entre tes mains je remets mon esprit.»
« Tout est accompli.»

Ô Christ, merci pour tes sept paroles sur la croix qui nous enseignent miséricorde, espérance, tendresse, zèle pour la mission, union profonde à Dieu et confiance totale au milieu de l’épreuve.

 

XIII    Le corps de Jésus est remis a sa Mère

Nous t’adorons, ô Christ, et nous te bénissons

car tu as racheté le monde par ta Sainte Croix.

On remet entre les mains de la mère le corps sans vie de son Fils. L’image de la “Pietà” exprime tout l’amour né dans le coeur de Marie le jour de l’Annonciation. Dans la souffrance, la Mère des Douleurs s’abandonne avec confiance à Dieu, à qui rien n’est impossible.

Ô Marie, aide-nous à persévérer au milieu de l’épreuve.

 

XIV     Le corps de Jésus est mis au tombeau

Nous t’adorons, ô Christ, et nous te bénissons

car tu as racheté le monde par ta Sainte Croix.

Le tombeau est le signe du sacrifice suprême de Jésus pour notre salut. Mais il n’est pas le dernier mot de son oeuvre. L’Amour sera plus fort que la mort : le troisième jour, le Christ est ressuscité.

Ô Christ, donne-nous de vivre dans l’espérance de la Résurrection.

A toi, Jésus, présence cachée et victorieuse dans l’histoire du monde,

honneur et gloire pour les siècles des siècles, Amen.