Secteur Saint-Seurin

Basilique Saint-Seurin - Église Saint-Ferdinand - Église Saint-Bruno

Vision d’avenir / Projet pastoral

« Je t’aime Seigneur Jésus, que veux-tu que je fasse pour toi ?»
C’est la réponse de l’Église à l’Époux qui l’attire à lui.
« Je t’aime Seigneur Jésus, que veux-tu que je fasse pour toi ? »
Que chacun, tous les jours de sa vie adresse au Seigneur cette prière et se tienne à l’écoute.
Que chacun s’il ne peut pas dire cette prière, la demande.
Que chacun désire au plus haut point, comme un don vital, vivre toute sa vie dans une amitié réelle, personnelle avec Jésus.

Que chacun, avec l’Esprit, s’engage ainsi dans la conversion quotidienne de son cœur à cet amour.
Que chacun goûte la lumière de la Miséricorde (le pardon) et par elle la joie de la vérité.
S’ouvre alors pour nous, pour nos églises, nos assemblées, un horizon de renouvellement immense, l’éclosion de dons multiples pour le service de tous et l’annonce de l’Évangile.
Car le même amour étant dans nos cœurs, nous aurons « un seul et une seule âme » (Ac 4, 32).

Je le demande au Seigneur, je l’espère comme étant la plus belle chose que l’esprit de Jésus Christ puisse accorder à l’Église et à nos trois paroisses. Car le Seigneur répond au centuple à cette prière : « Je t’aime Seigneur Jésus, que veux-tu que je fasse pour toi ? »

Nous nous tenons à l’écoute comme des enfants qui attendent une réponse… Il nous a parlé le premier, il nous a appelé le premier. Il parle encore aujourd’hui. Il parle simplement. Il parle dans les Évangiles, dans les sacrements que nous recevons, ils parlent dans les hommes et femmes que nous rencontrons, il parle dans les couples et dans les solitudes, il parle dans les nourrissons, les enfants et les vieillards, il parle dans les pauvres, il parle dans les riches, il parle dans la maladie comme dans la santé, dans les épreuves, les échecs, et dans les joies, il parle dans l’intime de chacun, dans le lieu du silence. Il parle dans l’univers et dans la nature. Il appelle, il attend notre supplication, notre louange, notre merci, notre offrande.

Comment, ensemble, dans les années qui viennent, nous tiendrons-nous disponibles pour ce pardon et cette amitié puissante qui noue avec nous et en prendrons-nous soin ? Comment apprendrons-nous à mieux l’entendre et à faire sa volonté ? Comment accepterons-nous de sortir de nous-même et de nos « entre soi », de nous oublier et d’aller chercher chez ceux qui ne le connaissent pas ?

Nous partirons de ce qu’il nous a déjà donné et nous poserons des jalons. Le Seigneur nous montrera les pas suivants. Il est le chemin et la vérité et la vie. »

Abbé Alain Dagron
Curé du secteur